[Le moi et la chair]
Jacob Rogozinski

 

Notre moi n'est-il qu'une illusion, une simple apparence produite par une réalité étrangère ? Est-il la principale source de la violence et de l'injustice ?

Ce sont ces préjugés aujourd'hui dominants que ce livre remet en question, en distinguant du moi narcissique et aliéné le « moi vrai ». Il est temps d'en finir avec cette destruction de l'ego, cet « égicide » qui règne sur la philosophie contemporaine, la psychanalyse et les sciences humaines. La critique de deux maîtres-égicides, Heidegger et Lacan, est le point de départ de ce livre. Mais cette critique ne suffit pas : c'est une pensée neuve de l'ego qu'il s'agit de fonder, une « ego-analyse ». Ce qui demande d'abord de relire ce philosophe décrié, Descartes, qui avait découvert cette vérité absolue que « je suis ».

Dans la dernière partie du livre, nous approchons de cet inconnu qui est moi. Nous y découvrons un moi-chair divisé et précaire qui s'efforce de s'unir à lui-même et de se donner un corps, mais se heurte toujours à la hantise d'un « restant ». Nous pouvons alors aborder l'énigme de la rencontre d'autrui, celle du passage de la haine à l'amour, de la mort et de la résurrection du moi. Nous commençons enfin à comprendre quelle est l'origine de notre aliénation, et à entrevoir le chemin de notre délivrance.

Jacob Rogozinski, Le moi et la chair. Introduction à l'ego-analyse, Paris, Cerf, collection "Passages", novembre 2006.